Wiki Divinity
Advertisement

Damian, surnommé le Damné, est le fils adoptif de Lucian le Divin.

Apparence et caractère[]

Damian dans Divinity[]

Dans Divine Divinity[]

En 1218 Anno Deorum, le Cercle Noir prit possession d'un petit corps humain avec l'essence du Damné pour qu'un jour, ce démon foule à nouveau la Terre et la soumette. Le monstre qui a orchestré ce plan sinistre, connu sous le nom seul de Démon des mensonges, fut vaincu par Lucian peu après avoir achevé son rituel. À ce moment-là, le Cercle Noir aurait pu être définitivement éliminée, mais les choses ne devaient pas se passer ainsi : l'essence divine de notre héros était capable de vaincre le maléfice ancien, mais son côté humain ne pouvait se résoudre à tuer un nouveau-né.[1]

Dans Child of the Chaos[]

Lucian le Divin, éleva l'enfant possédé comme son propre fils et lui donna le nom de Damian. Il ne lui révéla jamais son vrai passé ou sa vraie identité, il l'éleva dans les valeurs des traditions des paladins. Le Divin était certain que jamais la vérité ne serait révélée, même si Zandalor, qui s'était toujours montré sceptique, ne partageait pas son avis. Pourtant, mis à part des prédispositions exceptionnelles pour la magie, Damian ne présentait aucun signe qui puisse le différencier d'un être humain normal, ou du démon qui sommeillait en lui. Mais tout changea lorsqu'à l'âge de quatorze ans, il fit la connaissance d'Ygerna. Un agent du Cercle Noir, envoyée par son père Kalin pour approcher et gagner la sympathie de Damian, afin de l'informer progressivement de son héritage et lui enseigner les choses interdites dont le Divin l'avait préservé. Le temps passant, elle remplit parfaitement sa mission et même plus : ils furent bientôt épris l'un de l'autre.[2]

Entre son quatorzième et son quinzième anniversaire, Damian devint inséparable d'Ygerna. Elle lui apprit des sorts, des incantations et des secrets qui, l'eût-il appris, aurait choqué son père adoptif. Lucian ne se douta jamais que cette demoiselle si gentille et si belle qui semblait si éprise de son fils se révélerait être un membre du culte qu'il voulait éradiquer. Bien au contraire, il l'aimait beaucoup et considérait qu'elle avait une bonne influence sur Damian, à son entrée dans l'âge adulte. C'est seulement lorsque Kalin se retrouva pourchassé par les paladins du Divin et que des preuves le relièrent à sa fille que Lucian se rendit compte de l'épouvantable stratagème dont son fils et lui étaient la cible. Très vite, Ygerna fut arrêté et sommairement exécutée. Mais au moment où l'acier pénétrait sa chair, Damian fit irruption et, malgré l'horreur de ce spectacle, eut la présence d'esprit de jeter sur Ygerna un sort qui liait leurs deux âmes, tandis que le dernier souffle de vie abandonnait le corps de la jeune fille.[3]

Le Damné sortit de son sommeil. Ygerna avait révélé à Damian son identité et lui avait montré la puissance qu'il pouvait atteindre, mais la brume ténébreuse avait déjà commencé à s'emparer de son âme et corrompre son humanité. Ce fut le début de la fin. La vue de son propre père tuant la femme qu'il aimait le fit basculer : une haine amère s'empara de son cœur et de son esprit et, submergé par les pouvoirs inimaginables qui se libéraient en lui, il sut qu'il était prêt à étancher sa soif de sang et de vengeance. Dans tout Rivellon, des armées du Cercle Noir et de ses alliés se rassemblèrent autour de leur maître, à nouveau éveillé. Les paladins du Divin affrontèrent les armées de Damian. L'acier mordit l'acier. Ils furent des centaines à trouver la mort, mais Damian n'en avait que pour Lucian. Ce qu'il ignorait, c'est que le Divin était prêt à l'affronter : il attira son fils dans un temple et Damian, aveuglé par la haine, fonça dans le piège. Le Divin se jeta avec son fils dans une brèche, envoya le démon dans une dimension et fit en sorte qu'il ne puisse jamais revenir sans que lui-même ou qu'un membre de l'Ordre Divin ne l'invoque. Le Damné était pris au piège dans Némésis, mais pour la deuxième fois, le Divin fut incapable de tuer ce qui aurait dû être tué.[4]

À Némésis, Damian fut bientôt accueilli par les Raanaars, une race de créatures pacifiques et dotée d'une grande intelligence qui ne virent en lui qu'un adolescent de quinze ans, perdu, qui avait mystérieusement atterri dans leur dimension. Ils le recueillirent et lui enseignèrent l'art de passer de brèche en brèche dans leur Académie consacrée à ce pouvoir subtil. Avec le temps, Damian devint expert pour ouvrir des brèches, mais à sa grande frustration, il lui était toujours impossible de revenir à Rivellon. Mais comme toujours, il avait un plan. Il commença par charger un diablotin de dérober un cristal du temple de Raan, dont le pouvoir permettait de constituer la seule barrière de protection entre Némésis et une dimension de démons qui voulaient détruire le monde des Raanaar. Des hordes de monstres déferlèrent sur la civilisation qui avait, par charité d'âme, adopté le Damné. La première phase de son plan était terminée.[5]

Dans Beyond Divinity[]

En 1238 Anno Deorum, maintenant que Némésis était devenue une terre aride parsemée de ruines et de campements démoniaques, Damian attendit patiemment qu'un de ses disciples du Cercle Noir provoque involontairement son évasion. L'attente fut longue mais un beau jour, un nécromancien de Rivellon, encerclé par l'Ordre Divin, invoqua un démon de Némésis. Le démon trucida tous les paladins et prit ce que réclamait Damian : un prisonnier. Le Damné, déguisé, libéra le paladin anonyme et persuada l'infortuné serviteur du bien qu'il l'aiderait à s'échapper et à regagner sa terre natale. Ils voyagèrent ensemble et combattirent les habitants de Némésis, loyaux envers Damian, alors incognito. Enfin, ils parvinrent à la citadelle de Raanaar, où le paladin apprit à ouvrir des brèches. C'est ainsi que, puisqu'un serviteur du Divin le souhaitait, le Damné put revenir à Rivellon...[6]

Dans Divinity II: Ego Draconis[]

En 1300 Anno Deorum,

Apparitions[]

Notes et références[]

Notes[]


Références[]

Advertisement