Wiki Divinity
Advertisement

Divinity II: Ego Draconis est un jeu vidéo de rôle développé par Larian Studios, sorti sur Windows et Xbox 360 le 20 novembre 2009.

L'histoire jusqu'à présent[1][]

Divinity II – Ego Draconis vous ramène à Rivellon, un monde intemporel, un monde de peur et de magie, déchiré, défiguré par des années de guerres apocalyptiques. Les Dieux eux-mêmes ne pourraient dire ce que les braves gens de ces terres ont bien pu faire pour mériter une telle calamité. Mais comme le disent si bien leurs chefs de guerre, lorsque le seigneur du Chaos assassine votre peuple, incendie vos maisons et détruit tout sur vos terres, ça ne vous laisse pas le temps à la réflexion. Cette incarnation du mal a déjà par deux fois jailli des profondeurs démoniaques pour fondre sur les innocents de ces terres et par deux fois, les vaillants défenseurs de Rivellon ont tenu bon, malgré les nombreuses vies perdues. Mais ils savaient tous que leur victoire serait de courte durée : un jour ou l’autre, le Démon reviendrait.
Et il est revenu, bien plus tôt que quiconque ne l’aurait imaginé parce que, comme souvent, le mal s’était répandu comme une gangrène parmi les humains eux-mêmes : certains d’entre eux, loyaux envers les armées du Damné, cherchèrent à assurer le retour de leur sombre maître et à lui donner une apparence humaine. Plutôt que de détruire Rivellon, il pourrait alors en être le maître. Ce groupuscule d’humains, connu sous le nom d’Alliance des Ténèbres, parvint presque à ses fins. Ils auraient même pu atteindre leur but, si l’indéfectible vigilance du puissant sorcier Zandalor et le curieux destin d’un aventurier du nom de Lucian ne les en avaient empêché. Lucian, guidé par les forces du bien, exposa les sinistres desseins de l’Alliance des Ténèbres avant de se soumettre à un rituel périlleux qui lui conféra un pouvoir divin. L’Élu Divin était né.
L’avatar de la lumière, laissant dans son sillage maints cadavres ennemis, poursuivit le Damné jusqu’à sa place-forte, dans les profondeurs secrètes des plaines désertiques de Yuthul Gor ; il y extermina tous les anciens de l’Alliance des Ténèbres, jusqu’à se retrouver seul face au Démon des Mensonges, en un têteà-tête monstrueux. Le Démon sourit et annonça à l’Élu Divin qu’il arrivait trop tard : le transfert était terminé et le Seigneur du Chaos allait pouvoir revenir sur ces terres. En effet, derrière lui, sur un immense autel, se tenait un nouveau-né, un être de pure corruption dans un corps innocent. L’épée de l’Élu Divin vint à bout du Démon, mais celui qui avait mis fin au fléau de Rivellon ne put se résoudre à tuer l’enfant.
Il l’appela Damian et, pendant des années, le Damné grandit sous la tutelle de l’Élu Divin, inconscient des forces terribles qui se nichaient dans son corps de jeune garçon. C’est alors qu’il rencontra Igraine, que Kalin, le nécromancien de l’Alliance des Ténèbres et père de Damian, avait envoyée au jeune homme pour le séduire. Elle se lia d’amitié avec Damian et ce dernier en tomba instantanément amoureux. Elle lui rendit son affection... et ses pouvoirs. Ils commencèrent par lancer des sorts inoffensifs, puis une magie de plus en plus ténébreuse, des incantations plus rares et, pire encore, ils finirent par redécouvrir un savoir interdit. Le divin père adoptif de Damian ne fut tout d’abord pas conscient de l’influence néfaste d’Igraine sur son fils, jusqu’à ce qu’il ait la preuve qu’elle était liée à Kalin, qu’il venait tout juste d’exécuter. Igraine fut interrogée et avoua qu’elle était la complice de ce sombre stratagème, visant principalement à réveiller les pouvoirs maléfiques de Damian.
A la suite de cette horrible confession, Lucian n’avait plus le choix : sachant que l’Alliance des Ténèbres ne verrait pas la clémence d’un bon œil, il dut également exécuter Igraine. Il lui coupa la tête, sous les yeux d’un Zandalor rongé d’inquiétude. Et à cet instant fatidique, alors que le sang d’Igraine se répandait sur le sol, Damian entra et proféra un sort qui fit trembler les deux hommes de bien : le sort de liaison d’âmes. Avant que quiconque ne puisse intervenir, Damian tourna les talons et disparut. L’Élu Divin savait que son fils serait désormais son pire ennemi et comprit que Damian avait déjà réalisé une grande partie de son potentiel maléfique : quelqu’un capable de lier une âme est un adversaire redoutable, par définition. Le Damné était revenu à la vie.
Tandis que Lucian et Damian rassemblaient leurs armées, Zandalor étudia les répercussions des actes de Damian. Une liaison d’âmes est un événement déjà très rare en soi, mais une liaison d’âmes avec une âme encore entre la vie et la mort, c’était inédit. Il renonça au rituel réservé habituellement aux cadavres des membres de l’Alliance des Ténèbres et confia le corps d’Igraine à des embaumeurs, sans réellement savoir quelles conséquences cela pourrait avoir pour lui ou pour Damian.
Le premier affrontement entre l’Alliance des Ténèbres et les paladins de l’Élu Divin eut lieu quelques jours plus tard. Damian, toutefois, ne visait que Lucian et comptait bien lui faire connaître le même sort qu’Igraine. Ce qu’il ne savait pas, c’est que l’Élu Divin l’attendait de pied ferme. Il attira son fils dans un temple pour le renvoyer dans une autre dimension. Damian, aveuglé par la haine, fonça dans le piège et fut enfermé dans Nemesis. L’Élu Divin retourna à Rivellon, soulagé d’avoir éliminé la menace que représentait son fils adoptif, mais il ressentait également de la tristesse à l’idée que Damian, malgré le mal qui s’était emparé de lui, n’avait effectué cette liaison d’âme que par amour.
Le Damné prit son mal en patience, à Némésis. Il reprit des forces jusqu’à réussir ce que tous pensaient impossible : il se libéra de sa dimension carcérale et vint prendre les forces de Rivellon par surprise. Il ne pensait qu’à une seule chose : détruire l’Élu Divin pour venger Igraine. La guerre transforma tout Rivellon: pendant des années, batailles et catastrophes s’enchaînèrent. Là où se dressaient de fières montagnes, on ne voyait plus que plaines dévastées ; les fermes furent rasées et remplacées par des falaises abruptes. Mais les humains affrontèrent leurs ennemis avec un courage et une ténacité hors du commun, rendus optimistes par l’alliance entre l’Élu Divin et les rares mais puissants Chevaliers dragons, derniers détenteurs de la magie des dragons dans ces terres dévastées par le mal. Chacun des camps aurait pu remporter la plus grande bataille de cette guerre. Mais l’impensable se produisit : un Chevalier dragon trahit son camp et assassina l’Élu Divin. Lors de la confusion qui s’ensuivit, les paladins tuèrent démons et dragons sans distinction. Heureusement, Zandalor parvint à rassembler les troupes et à éviter de justesse une catastrophe. Damian, vengé, ordonna à ses rares troupes de se replier. Sa domination de Rivellon attendrait : il avait d’autres choses en tête.
Après cette impasse, les deux camps pansèrent leurs plaies et l’humanité se prépara à une nouvelle guerre. Un an plus tard, elle n’avait pas eu lieu ; dix ans plus tard non plus. Les habitants de Rivellon commencèrent à penser que Damian ne représentait plus une réelle menace. Ils commencèrent à reconstruire leur vie. Un siècle et demi a passé à présent et si le Damné a toujours une réputation maléfique, on ne le considère plus comme un danger. Reste à savoir si l’on a raison...


Notes et références[]

Notes[]


Références[]

  1. Manuel de Divinity II: Ego Draconis
Advertisement