Wiki Divinity
Advertisement

Marcus Miles, surnommé le Fauve des Mers, est le cousin de Justinia, reine des nains et un Adéide, Champion de Duna en 1242 Anno Deorum.

Apparence et caractère[]

Marcus Miles dans Divinity[]

Avant Divinity: Original Sin II[]

[1]

[2]

[3]

Dans Divinity: Original Sin II[]

En 1242 Anno Deorum,


Galerie[]

Apparitions[]

  • Divinity: Original Sin II Godwoken

  • Notes et références[]

    Notes[]


    Références[]

    1. Divinity: Original Sin II - Marcus Miles : Je vais vous dire une chose... Avant, la reine était quelqu'un de bien. Je suis peut-être un bâtard, mais je suis aussi son cousin, et je sais de quoi je parle... Les jours de pluie, on faisait flotter des bateaux en papier et on mettait des scarabées dedans pour jouer aux pirates. Elle était pas méchante et elle avait l'esprit libre. Quand la reine Lora est morte, Justinia a pris sa succession. L'Ordre Divin était en pleine ascension et les lézards avaient des vues de conquête. Ça a commencé par les drapeaux... les armoiries royales s'étalaient partout, comme pour m'obliger à faire allégeance à Justinia... Et puis, ça a empiré. Ceux qui disaient du bien de Lucian... disparaissaient. Les artistes ont été dégagés des rues et remplacés par des tocards en armure. Les lézards allaient venir, ils disaient, et il fallait qu'on soit prêts à prendre les armes si la reine l'exigeait. C'était pas une vie... Avec quelques autres, on a décidé qu'il était temps de faire quelque chose... *Des ombres du passé obscurcissent ses yeux alors que son regard se perd dans le vague.* Il y a un grain qui se prépare, c'est certain. Mais après la pluie viendra le beau temps... Les mouettes reviendront se percher en haut des mâts et le soleil nous sèchera le visage. Ce genre de tranquillité est particulièrement appréciable une fois la tempête passée...
    2. Divinity: Original Sin II - Marcus Miles : Ah, vous avez remarqué ? Vous me direz, faut bien reconnaître que je suis tout sauf discret. En fait, il y a une chose ou deux que vous devriez savoir à mon sujet. Pour commencer, j'appartiens au petit monde des têtes couronnées, en quelque sorte. Vous méprenez pas, j'ai jamais porté de couronne ou quoi que ce soit. Enfin, pas le genre incrusté de diamants, même si je me suis coincé la tête dans une couronne de fleurs, une fois et... Oh, désolé. Faut que j'arrête avec mes digressions à n'en plus finir. Enfin bref, en un mot comme en cent, je suis un bâtard. Au propre, comme au figuré. Les têtes couronnées m'ont pas fait de cadeau, et je leur en ai pas fait non plus. Pour faire court, j'ai fomenté une rébellion, je me suis fait prendre et on m'a exilé sur une île-prison. Un peu comme Fort Joie, mais en dix fois pire. D'ailleurs, je serais mort là-bas si la flotte de Justinia n'était pas passée à quelques brasses de là. J'en ai profité pour réquisitionner un de ses bâtiments avant de filer toutes voiles dehors. Ça vous en bouche un coin, pas vrai ? Et puis, je suis tombé sur le Victorieux. Joli rafiot, pour sûr. Et les matelots de la marine royale ont rien à envier à la crème des équipages, croyez-moi. Bref, c'est là que j'ai trouvé les notes, posées à côté du manifeste au vu et au su de tous.
    3. Divinity: Original Sin II - Marcus Miles : Hé, hé... ça, c'est une histoire qui vaut son pesant d'or. Fermez plutôt les yeux et laissez-vous vous immerger. Plantons le décor : le Fauve des Mers est à la barre de son navire adoré, la Danseuse de l'Onde. Cap sur la Côte de la Faucheuse, où se trouve sa cible, Lohar, un baron du crime notoire. Toutes voiles dehors, le navire file bon train et l'équipage a le moral au beau fixe, qui entonne des chants marins comme un chœur de phoques en rut. Tiens bons la barre et tiens bon le vent, hissez haut, matelots, si Duna veut toujours droit devant, nous irons jusqu'au Hall aux Échos ! Hélas, l'accalmie sera de courte durée, car les vaisseaux des Magisters ont tôt fait de cerner la Danseuse de l'Onde comme des requins encerclant leur proie. Les braves rebelles sont sur la corde raide, jusqu'au moment où le Fauve aborde le vaisseau amiral ennemi et invoque un cyclone comme on n'en a jamais vu de mémoire d'homme ! Sur ce, les éléments se déchaînent et les Anéants affluent de partout ! Et c'est là que notre héros, le preux capitaine Fauve, se livre de son plein gré aux Magisters pour permettre à la Danseuse de l'Onde de s'échapper à la faveur du chaos ambiant ! Louée soit la bravoure de ce cœur pur qui n'a pas hésité une seule seconde à se sacrifier... *Soupir* Tout ça, c'est du flan. J'ai rien d'un héros. Quant à la suite des évènements, pas la peine que je vous fasse un dessin. Vous êtes dedans jusqu'au cou, vous aussi. Les Magisters m'ont embarqué, et j'ai échoué à Fort Joie, avec un collier autour du cou comme tout fauve en captivité.
    Advertisement