Wiki Divinity
Advertisement

Patriarche le Noir est l'un des derniers vrais dragons de l'univers par-delà le Grand Chaos en 1300 Anno Deorum.[2]

Apparence et caractère[]

Patriarche le Noir dans Divinity[]

Avant Divine Divinity[]

À un moment donné, Maxos est venu à sa rencontre prétendant rechercher la connaissance, mais bien que ses yeux trahissaient sa soif de puissance, le Patriarche lui ouvrit une porte pour le Hall aux Échos, dans les profondeurs des territoires abandonnés de Yuthul Gor.[3]

Dans Divine Divinity[]

En 1218 Anno Deorum,

Dans Divinity II: Ego Draconis[]

En 1300 Anno Deorum, Le Chevalier-dragon est venu à sa rencontre afin de provoquer la chute de Damian, le Patriarche lui ouvrit une porte pour le Hall aux Échos sous les racines d'Irminsul, dans les Fjords d'Orobas.[4]

Apparitions[]

Notes et références[]

Notes[]


Références[]

  1. Divinity II: Ego Draconis - Patriarche le Noir : Non, c'est juste celui que m'ont donné les peuples de cette terre. Mon nom ne peut être prononcé ici, car il est lui-même un sort de création qui donnerait une forme différente à ce qui nous entoure et provoquerait la naissance de nouvelles espèces. L'évoquer mentalement peut suffire à renverser des statues à proximité ou faire éclore des fleurs inconnues.
  2. Divinity II: Ego Draconis - Patriarche le Noir : Je suis le Patriarche de l'antique race créatrice, un des derniers vrais dragons de l'univers par-delà le Grand Chaos. Je te souhaite la bienvenue dans ce havre de paix, loin des lances et du feu qui pourchassent notre espèce.
  3. Divinity II: Ego Draconis - Patriarche le Noir : Il prétendait rechercher la connaissance, mais ses yeux trahissaient sa soif de puissance. Mais je lui ai ouvert une porte, dans les profondeurs des territoires abandonnés de Yuthul Gor. Il a atteint son but, comme toujours... ou presque. Mais maintenant... Mais tout cela est sans importance. Aucune des activités humaines n'en a vraiment.
  4. Divinity II: Ego Draconis - Patriarche le Noir : Ah, oui, le Damné. Son rôle est insignifiant au regard du cosmos, mais ses actes sont de la plus haute importance pour les éphémères vies humaines. Je vais cependant accéder à ta demande, comme je l'ai fait pour Maxos lorsqu'il me présenta la même requête. La Salle des Échos est un lieu de mémoire et de miracles, réelle mais éthérée dans sa nature. Ceux qui savent comment y entrer la trouveront partout, les autres nulle part. Va et je ferai se matérialiser la porte sous les racines d'Irminsul. Le vieux poseur d'énigmes appréciera cette attention.
Advertisement